Poêle à bois 5 ans plus tard

Cela va faire désormais 5 ans que le poêle à bois a été monté.

Nous avons ajouté un parement en brique rouge derrière le poêle. L’objectif était de gagner non seulement un peu plus d’inertie mais également afin de souligner l’aspect industriel de notre Bullerjan.

Parement poêle à bois

Après plusieurs hivers, le constat est sans appel. Il consomme en moyenne 7 stères de bois/an.
C’est l’hiver 2012-2013 qui a été le plus énergivore avec 10 stères de bois consommés. Le peu d’ensoleillement, la pluie et le vent nous ayant été très peu favorables quant à la conception quasi bioclimatique de la maison: aucun apport solaire.

La facture chauffage s’élève donc à 300-350€/an (hors eau chaude sanitaire).

Je pense pouvoir encore diminuer la consommation. J’avais opté pour ne pas poser de volet car les fenêtres sont toutes en triple vitrage mais je ne suis guère satisfait de leur efficacité. Je réfléchis donc à un tel ajout même si cela risque de nuire à l’esthétique extérieure de la maison.

Je n’ai mis en fonction la VMC double flux avec le puits canadien que cet été. Je n’ai donc pas pu apprécier les réels apports de mon montage. Néanmoins, je reste assez dubitatif quant au réel intérêt d’une double flux notamment en été. Pour bénéficier de la fraîcheur, j’ouvre la trappe du vide sanitaire et la maison se stabilise à environ 7-9°C des maximales saisonnières. Sinon, il faut compter 5-6°C maximum juste avec la VMC double flux + puits canadien.

Nous verrons bien ce que cela donnera cet hiver.

Pour en revenir au poêle, j’ai appris qu’il s’agirait d’une contrefaçon de la marque Bullerjan… La source provient d’un forum internet. Je reste plus que dubitatif quant à une telle assertion.

Premièrement, en ce qui concerne la qualité de l’acier, avec 5mm d’épaisseur, je ne vois aucune différence avec la marque officielle.

Deuxièmement, les soudures sont certes plus grossières mais qualitativement et mécaniquement parlant, je n’ai rien à dire. C’est du bon travail.

Troisièmement, après 5 ans d’utilisation, le poêle chauffe toujours aussi bien. Je n’ai eu à changer que la vitre à cause de bûches trop longues qui ont tapées dans cette dernière. Un petit tour à Castorama et pour moins d’une trentaine d’euros, j’ai pu la changer sans problème. De même pour le joint d’étanchéité tout autour de celle-ci.

Quatrièmement, les attestations de même que l’étiquetage mentionnent bien la provenance du poêle (Latvia = Lettonie (et non l’Estonie comme je le pensais au départ)).  Je me pose la question de savoir quel est l’intérêt d’en indiquer l’origine s’il n’existe pas d’usine en la matière dans cette partie du monde…

poêle copie ou originale

Bref, pour m’en assurer il suffirait de contacter Energetec directement. Mais franchement, je n’en ai strictement rien à faire aux vues de la qualité du poêle. Je n’ai pas à me plaindre. Il chauffe et c’est tout ce que nous lui demandons.

Maintenant, le seul souci rencontré se situe au niveau des peintures des protections latérales qui s’abiment. Même après les avoir poncées et repeintes, elles s’écaillent à nouveau. Soit. Je les laisse donc en l’état. Ce qui rajoute encore un peu plus à l’aspect industriel.

Puits canadien

Le puits canadien a été enfoui:

Puits canadien enfouissement

Il passe à environ 1.5-2m de profondeur. La pente est celle du terrain. Longueur de 35 m pour un diamètre de 200mm.

Les soucis se sont présentés au niveau du mur de la maison lorsque la tranchée a été creusée.

Le terrassier nous a explosé les conduits d’évacuation des eaux pluviales. Il a donc fallu tout refaire. Nous en avons profité pour remettre du pvc à la place du drain agricole (partie du tuyau enterrée).

puits canadien et eaux pluviales

L’autre problème se situait  au niveau de la pente du PC. Au niveau du virage, le tuyau était beaucoup plus bas que l’entrée dans le mur. Nous avons donc dû faire une nouvelle tranchée à la pioche afin de retrouver la pente initiale et tenter de conserver une descente acceptable. Malheureusement, après 2 mètres de tranchée, le PC se retrouvait désespérément à plat. Plutôt que de me retaper X mètres à la pioche et à la bêche, j’ai opté pour abaisser l’entrée dans le mur. J’ai donc recassé le mur juste en dessous de l’entrée du puits, abaisser le tuyau de 5-6 cm et recimenter le tout.

Désormais la pente est acceptable. Je dois terminer de maçonner l’entrée du PC mais étant à court de ciment, cela attendra encore quelques jours.

La prochaine étape consistera à faire l’habillage du PC avant son entrée en terre. Je n’ai malheureusement pas trouvé de tuyau suffisamment large pour en dissimuler l’apparence. Si le diamètre avait fait 150mm, cela n’aurait pas été un problème pour utiliser un tuyau en inox.

Désormais, je pense peut-être à la peindre en noir et lui confectionner un chapeau maison. Tout dépendra de mes recherches et, d’une certaine façon, de ma créativité…

Ventilation

Nous avons continuer hier avec mon beau-père à poser les gaines et les bouches de ventilation.

Tandis que l’un faisait les trous dans les plafonds pour y apposer les bouches, l’autre installait et positionnait les gaines sur le caisson de ventilation dans le grenier.

Caisson de ventilation

Une gaine de 150 pour l’arrivée d’air et 5 gaines de 80 pour ventiler les chambres et la pièce du haut. À noter que les gaines sont déjà isolées mais pas le caisson. Même si c’est loin d’être nécessaire, j’ai tout de même pris le soin de l’isoler avec de la laine de bois.  J’ai procédé de même pour les gaines qui partent dans le mur vu que j’avais encore de la laine de bois et que la longueur moyenne avoisinait les 7m. Très certainement beaucoup de travail pour pas grand chose mais cela permet toujours de conserver la chaleur/fraîcheur lorsque le delta intérieur/extérieur est trop important.

Concernant les bouches, nous avons trouvé chez bricôt dépôt des scies cloches de bon diamètre (~85) pour faire les trous dans les murs. Concernant les plafonds, mon beau-père a dû utiliser perceuse et scie sauteuse car le bois, trop fin, avait tendance à éclater et à faire un trou bien plus gros qu’escompté.

Je n’aime pas trop la couleur blanche de la bouche sur le fond bois du mur. Mais bon, je ne vais pas chipoter pour si peu d’autant que nous n’avons toujours pas décidé de la couleur définitive des murs (bois clair ou naturel).

Bouche de ventilation

Dès lundi, nous nous attaquons à l’insufflation et dans la semaine ou la prochaine, je commencerais à (enfin!) refermer les deux cloisons de la salle de bain.

Parce que pour le moment, et depuis plus d’un an, ce n’est pas très esthétique, d’autant plus que nous avons désormais la gaine de ventilation de 150 qui passe ainsi qu’un tuyau PVC.Cloison et ventilation

Je vais y faire passer encore deux gaines d’insufflation. L’une pour les WC et l’autre pour cette salle d’eau.

Développement d’énergie nouvelle

Difficile de trouver des renseignements en France, comme très (trop?) souvent, il faut se tourner du côté des USA pour découvrir quelques perles en matière de développement durable.
Pour afficher les sous-titres en français, cliquez sur l’onglet « view subtitles » et sélectionnez la langue appropriée.

Et pour les plus curieux: sunflower

On va s’y remettre

Extrêmement occupé ces derniers mois, je n’ai absolument rien fait sur la maison. C’est mon épouse qui s’est chargé de terminer les plafonds de lambris d’une des 2 chambres restantes ainsi que de la déco des toilettes du rez de chaussée. Les beaux jours revenants, je commence à vouloir m’y remettre.

Ce mois-ci, nous allons donc nous attaquer au terrain. Nous allons le mettre de niveau, virer les buttes de terre, nettoyer le capharnaüm ambiant, bref créer un vrai jardin. Le terrassement sera effectué par une équipe de vrais professionnels. J’avoue qu’après 2 ans passés sur la maison, je n’ai plus très envie de manœuvrer une pelle et un chargeur.

Je n’ai toujours pas installé les tuyaux pour la vmc double flux. Je dois le faire avant cet été pour lisser les pics de chaleur. Je vais très certainement les commander chez Rexel.

Concernant le poêle, nous avons consommé de novembre à fin mars 6 stères de bois. La nuit sans chauffage, la température de la maison avoisinait les 16°C même avec -10°C à l’extérieur. Avec le poêle en route (11 kW), la température de la pièce principale montait à 24°C et toutes les autres pièces attenantes à 20°C. Seul souci, la chaleur à l’étage devenait vite intenable. L’absence de VMC se faisant cruellement sentir.

Le seul souci que nous ayons rencontré avec le poêle, c’est la peinture des grilles de protection qui ont littéralement brûlé laissant apparaître directement la tôle. Un coup de peinture s’impose, rien de grave cependant.

J’agrémenterais le prochain article de quelques photos.

À bientôt.