Trou, piquets et poteaux

Les travaux avancent cahincaha en fonction des caprices climatiques et de mon emploi du temps. Je n’ai pas fait un quart de ce que j’avais prévu initialement.

Mais c’est surtout mon entêtement à vouloir reboucher le trou nous ayant permis de réparer les tuyaux d’évacuation des eaux pluviales qui nous a fait perdre un temps très considérable. Je ne voulais pas dépenser d’argent dans la location d’une mini-pelle (120€ la 1/2 journée). J’ai voulu tout faire à la pelle et à la pioche.

puits-canadien-et-eaux-pluviales.jpgLorsqu’il pleut, et cet été est plutôt du genre très humide, la terre devient compacte, collante et si casser la butte à coup de pioche est plus aisé, pelleter ce type de terre est une vraie gageure.
Vouloir économiser 120€ pour ce genre de travail ne vaut vraiment pas le coup étant donné le temps passé dessus… Cette décision était stupide. Aussi nous avons décidé de procéder autrement. Mais j’y reviendrais en fin d’article.

J’ai déterré les vieux piquets qui entouraient les anciennes délimitations du terrain. Là également, ce fut une véritable partie de plaisir car ils étaient plantés au beau milieu d’une haie de plantes défensives. Non seulement, ça pique et ça griffe mais ça irrite et je suis particulièrement allergique à l’aubépine. Résultats: 3 jours d’anti inflammatoires et d’anti histaminiques sans compter les soins pour les yeux… Bref.

J’ai replanté les piquets sur toute la face ouest du terrain aux bonnes limites et cimentés quelques uns. Une partie de la face nord est faite. J’ai récupéré un vieux grillage mais je ne l’ai pas encore fixé.

Nous avons également coulé les poteaux d’entrée devant accueillir le portail.
3 bonnes journées ont été nécessaires pour faire les fondations, monter le coffrage et couler le béton.

Coffrage poteau

Si nous avons bien délimité les différentes zones d’accès, nous nous interrogeons à présent sur l’idée de poser nous-mêmes les pavés carrossables et piétons.

À la base, je suis toujours parti du principe de tout faire moi-même, le souci est que je n’ai plus forcément le temps ou même l’envie. Après, sur le plan purement économique, je me demande s’il s’agit d’une si bonne idée. En achetant moi-même les matériaux, je les ai souvent au prix catalogue avec une petite réduction de l’ordre de 5 ou 10%. Les professionnels bénéficient d’un tarif largement plus compétitif de l’ordre, à priori, de -20 à -30%.

Nous allons donc faire faire des devis auprès des paysagistes du coin afin de comparer avec mes propres projections de coût. S’il s’agit de payer 10% plus cher en ayant recours à un BON professionnel, nous n’hésiterons pas une seconde.

La seule condition sera la spécificité de temps. S’il s’agit de tomber sur une équipe qui va à gauche et à droite pour gérer plusieurs chantiers, nous ne gagnerons rien à avoir recours à leur service sauf s’ils s’engagent par écrit à respecter un délai estimatif.

Nous verrons bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.