Les renforts!

Aujourd’hui, j’ai pu vraiment avancer avec le retour de mon beau-père et l’aide de mon frère.

Il s’agissait essentiellement de recouvrir de sable le CR8 et de cailloux les drains agricoles que j’avais posés vendredi.

Un drain sert à l’évacuation des eaux pluviales et l’autre permet d’évacuer les eaux de ruissellement et les eaux de nettoyage du vide sanitaire.

Nous avons donc couvert de sable les tuyaux d’évacuation des eaux usées, puis posé le grillage avertisseur et enfin déposé un peu de terre par dessus (afin d’amortir lors du remblayage des tranchées par la pelleteuse la chute des grosses pierres).

Comme le sable est entreposé à l’opposé de la tranchée et pareillement pour les cailloux, j’ai posé une grande palette en guise de passerelle. Cela nous a permis de nous passer des seaux et d’utiliser la brouette. Le gain de temps est indéniable.

Il me reste encore à recouvrir le raccordement des drains ainsi que les parpaings qui longent la maison. Il n’y a pas suffisamment de cailloux.

Juste avant de partir, j’ai posé le grillage avertisseur sur le reste du réseau. Je le recouvrirai de terre demain si j’ai le temps.

J’espère finir cette semaine la partie assainissement afin de pouvoir me remettre dans l’isolation.

Le plat du jour

Aujourd’hui, coulis de pierre à la sauce terroir servie dans les seaux (miam!).

Comme je dois faire le raccordement entre les tuyaux CR8 dans le virage, j’ai laissé suffisamment d’espace car je ne sais pas exactement où je vais positionner le coude.

En fin de matinée, le plat bien consistant se faisait de plus en plus lourd à cause de mon rhume, de la difficulté à remplir les seaux et donc d’une grosse fatigue.

Si bien que je me suis endormi comme une masse sur le canapé en rentrant ce midi.

A mon réveil, n’ayant pas le cœur à reprendre les travaux, je suis parti faire une tournée chez les cuisinistes du coin pour avoir un peu de doc supplémentaire. Non que notre choix de cuisine ne nous convienne plus, mais nous craignons que la couleur sélectionnée assombrisse trop la pièce.

Comme il s’agit d’une cuisine ouverte, il ne faut pas se tromper dans le choix des couleurs et de l’implantation.  Il faut considérer l’ensemble de la pièce, du sol au plafond (couleur, composition, forme) en passant par les éléments d’architecture (poteaux, poêle de masse, escalier, portes et fenêtres…). L’exercice est difficile mais enthousiasmant.